Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 15:30

je ne vivais pas

ou peu

seul le ressort des jours

me semblait incassable

 

-----------------------------------------------------------

 

le soir

le froid

l'âtre

l'horloge tremblante

le silence des planchers

ton absence

ce que l'hiver me sera long

sans toi

 

------------------------------------------------------------

 

déjà l'hiver

tirait sur lui

le drap fin du givre

la couette duveteuse

des flocons

 

-------------------------------------------------------------

 

la pluie abondante

m'isole

sous le parapluie des pensées

je vais

dans la goutte de l'esprit

et voudrais partager la mer

pour vous tous

 

--------------------------------------------------------------

 

il me faut vous montrer

l'oiseau affamé

afin que vous leviez vos yeux

vers vos frères

en détresse

 

----------------------------------------------------------------

 

prends ma pélerine de marin

pour vagabonder sur le quai

elle gardera au chaud

les frissons des vents d'hiver

 

----------------------------------------------------------------

 

j'ai vu ce matin

que le vent d'est

avait posé

ses pattes blanches de gelée

sur les toits

en ardoises bleues

 

----------------------------------------------------------------

 

je voudrais tant secourir

mon oiseau frileux

lui porter une peau lainée

et un plat chaud

l'aider à retrouver

le courage de voler

 

-----------------------------------------------------------------

 

les oiseaux de grand vent

et les oiseaux hurleurs

ont le plumage tremblant

en ce six de décembre

ah ! le rêve des duvets tièdes

de juin

 

-------------------------------------------------------------------

 

je cours à l'ennui

au désespoir

à la nuit

je suis bien peu

si tu ne m'as pas compris

 

------------------------------------------------------------------

 

les jours

sont longs et froids

lorsque tu cherches un toi

 

-------------------------------------------------------------------

 

jusqu'au dernier jour

il faudra laisser la porte ouverte

on ne sait jamais

un rayon de soleil

une main douce

un regard affectueux

 

--------------------------------------------------------------------

 

pouvoir te dire

des mots simples

sans tracas

sans souci

et être certain

que tu y mettes toute ta confiance

comme le soleil au matin

 

-------------------------------------------------------------------

 

il fait

un temps pesant

de chagrin et d'absence

la main vide

des hivernales journées

ne sait plus

la chaleur de ta venue

 

-----------------------------------------------------------------

 

à force d'égrener le temps

c'est à l'heure juste

de toutes les mélancolies

que l'horloge s'arrêtera

 

------------------------------------------------------------------

 

un jour prochain

je m'envolerai

vers le chaud pays

où les rêves

sont des poussières d'étoiles

 

------------------------------------------------------------------

 

les liens forts

résistent aux tempêtes

ce n'est pas un hasard

c'est de l'amour

 

----------------------------------------------------------------

 

nous allons toujours

vers ce qui nous manque

regardez les racines

dans les terres arides !

inutile donc d'avoir peur

de mon amour pour toi

 

-----------------------------------------------------------------

 

moi !

je te donnerai ma vie

pour un bonheur partagé

ta main fine et tendre

sur mon épaule

les flammes de l'âtre

la pluie sur le toit

 

-------------------------------------------------------------------

 

parfois

je tiens des propos

que je ne pense pas

ils sont là seulement

pour souligner

ce que je pense vraiment

 

---------------------------------------------------------------------

 

un jour

lorsque se lèvera

ton dernier soleil

tu sauras la beauté

de tous les matins perdus

 

----------------------------------------------------------------------

 

être sensible au vent

comme les feuilles du Tremble

est une réelle nécessité

 

---------------------------------------------------------------------

 

je savais

que vous me guettiez

à l'entrée des ports

quel pauvre pêcheur suis-je

sans nasse ni bateau ?

 

----------------------------------------------------------------------

 

je ne fus

que bon et espérant

devant ta cruauté

je fus un être majestueux

dans le piètre de tes yeux

et je te cherchais encore

 

----------------------------------------------------------------------

 

te souviendras-tu

des marées hautes

dans le port ?

je ne crois pas ...

tu me dis

que tu n'as plus de larmes

que ta vie est cruelle

 

------------------------------------------------------------------------

 

mon horloge

clame 10h30

et le soleil

se tord encore

dans ses draps de pluie

Partager cet article

Repost 0
Published by yann erwan paveg
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de yann erwan paveg
  • Le blog de yann erwan paveg
  • : poésies germées sur le dos rond du menez-hom , au fond de la baie de Douarnenez . émotions d'une vie d'un être sensible et infiniment humain
  • Contact

Recherche

Liens