Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 15:34

Croyez-vous que chacun de nous

puisse porter à l'infini

les paroles de ce pays?

l'émoi des charpentes

dans le frimas des mois noirs

l'odeur des maisons abandonnées

la pierre refroidie des cheminées

le galop des rats

sur le plancher vermoulu

l'horloge des pluies

suintant des linteaux crevés

 

croyez-vous que le premier venu

puisse clamer le chancre du temps ?

les ardoises bleues délaissées

les mille sillons des jachères

les greniers désespérés

la fragilité des murs de pierres

leurs mains usées

glissant sur l'argile des averses

la dernière barrière fermée

sur les espoirs d'hier

la miséricorde des hortensias

le costume du pays Glazig

mité dans la remise

 

pensez-vous que chacun

puisse clamer tant d'amour

et de chagrin ?

 

croyez-vous que chacun

puisse lever la voix

et hurler le beau de ce pays

 

la moissons des grains

gorgés de pain

la demeure paisible

au creux de la vallée

et le costume qui danse encore

malgré la flétrissure des broderies

le sonneur plein d'entrain

aux fêtes de nuit

 

croyez-vous que chacun

puisse se réclamer de cela

ici chaque bonheur d'aujourd'hui

est le pendant d'une blessure du passé

ici la maigre et pénible survivance de la langue

est la réponse à la honte mise

dans l'esprit des enfants d'hier

une langue belle, riche , puissante

je vous le dis tout net :

cet assassinat est l'aboutissement

de l'intégration à la française

 

en france

on ne tolère pas

on tue

on ne s'enrichit pas de l'autre

on le fait taire

 

ah ! le bruit de la mer

la danse des galets

l'orchestre des drisses

tant de mots errants

sur l'épiderme de l'estran

 

croyez-vous que chacun

puisse entendre ce cri

et le restituer

avec la justesse des artisans

en horlogerie

la difficulté est bien là

en ces mots posés

non seulement

nous fûmes dépouillés

mais aujourd'hui encore

sommes tenus au silence

 

les grandiloquants de france

baragouinent deux mots anciens

portent quelques souvenirs

mais ont le coeur tricolore

le Breton colonisé

fait le dos rond

le breton débretonnisé se taît

le breton réduit au silence

porte le fardeau de son agonie

le breton chanteur des haies et des moissons

s'est tû pour toujours

il a laissé la voie libre

à d'autres bretons :

les bretons Canada-dry

ils en ont la couleur et l'aspect

mais ils ne peuvent pas savoir

le chagrin de ce pays

 

ici un français avec une grande gueule

peut faire taire tout un peuple

une mécanique bien huilée

un cercle d'amis bien choisis

et en avant

on broie chaque jour la Bretagne

dans la bouche de ces imposteurs de france

 

un jour

à l'aube d'une grande marée

les bretons les mèneront au large

oh les repus bretons Canada-dry

ils ne sauront jamais

les murs emplis d'histoires anciennes

de celles-là que l'on porte

de veillée en veillée

dans les nuits

à la fois peureuses et étoilées

de l'enfance

 

les bretons Canada-dry

le verbe haut

ne savent rien de la culture d'ici

ils parlent

ils parlent

et dénaturent chaque jour

la richesse du pays breton

leur coeur enveloppé dans les plis

du bleu-blanc-rouge

en fait ces personnes

sont des jacobins en costume glazig

ou léonard

 

ils se montrent

agneaux en boutoù koad

et ne sont que loups

vêtus du tricolore

je les hais

de tout mon coeur

je les hais

 

                                                                                      yann erwan paveg

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by yann erwan paveg
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de yann erwan paveg
  • Le blog de yann erwan paveg
  • : poésies germées sur le dos rond du menez-hom , au fond de la baie de Douarnenez . émotions d'une vie d'un être sensible et infiniment humain
  • Contact

Recherche

Liens